Par delà les étiquettes

Le diagnostic importe sans doute mais est-ce tout ?

Un des messages à retenir de Temple Grandin1 c'est qu'après avoir dessiné les contours de l'autisme à l'aide de l'évolution des outils d'évaluation DSM americain (incluant ou excluant les personnes Asperger de haut niveau par exemple), s'il est important de faire usage des apports d'un diagnostic, il est indispensable, puisque nous sommes devant un spectre, d'être le plus concret et le plus pointu sur la connaissance de chaque personne. Quelque part une personne échappe toujours à la généralisation d'un groupe, elle est beaucoup plus qu'une suite de symptômes l'amenant à l'appartenance à une catégorie parmi les TED. Pour dire simplement et vite, la vie dépasse toujours les étiquettes, c'est d'autant plus vrai quand on parle des troubles envahissant du dévelopements.

Ainsi la transformation à laquelle Temple Grandin nous invite c'est de ne pas rechercher la cause de l'autisme en général. Des années après sa découverte, on peut dire que cette cause est multiple, il y a du génétique, il y a du neurologique, il y a de l'environnemental,.. Mais Temple nous invite à prendre au sérieux chaque symtôme. Elle nous encourage à partir à la recherche de sa cause. Cela nous donne une chance d'être plus proche et plus attentif à chacun.

Dans le programme Son Rise, il est indispensable de devenir l'enquêteur bienveillant de notre enfant. Il nous faut ces lunettes spéciales pour dire: "Tiens! Son bras gauche n'est pas aussi fort que son bras droit". ou bien "Tiens! La dextéritié de sa main gauche est meilleure que celle de sa main droite" ou encore "Tiens! Ses problèmes d'équilibre dans la marche disparaissent quand un chien se promène avec elle et soutient son attention" etc...

Le petit manque, au lieu de le voir comme un 'handicap', nous savons qu'il s'agit d'un défi et qu'existe un moyen pour exercer notre enfant de telle sorte qu'il corrige par l'exercice et par le jeu, ce que notre observation nous a suggéré d'améliorer.

Spécialement en France, où les parents jusqu'à l'âge adulte de leur enfant peuvent faire face à un refus de diagnostic. Alors la précision de la connaissance de chaque capacité de l'enfant, de chaque symtôme et notre recherche d'y répondre sont la clé de l"empowerment". Le  refus du diagnostic peuvent nous désespérer mais l'enquête bienveillante nous responsabilisera joyeusement. Il n'y a pas de limites aux progrès que peuvent faire mon enfant quel que soit son âge et ses propres "symtômes".

La vie est plus forte que les étiquettes. A vos loupes cher "parent Sherlok Holmes" 

1.Dans le cerveau des autistes, Temple Grandin & Richard Panek, Odile Jacob, 2014 spécialement les chapitre 5 Au delà des étiquettes

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau