Equithérapie, Zoothérapie, un tremplin relationnel possible pour mon enfant ?

Bonjour à tous,

  Le très beau film Le phare des orques, de Gerardo Olivares est un beau témoignage encore dans ce sens d'un lien privilégié d'un enfant autiste avec un animal, étonnant lorsqu'il s'agit d'un animal réputé dangereux comme les orques.

La lecture de L'enfant cheval de Rupert Isaacson, trouvé en fouinant dans ma bibliothèque municipale, m'a convaincu de relater quelques faits importants qui nous encouragent à prendre très au sérieux la possibilité qu'un lien privilégié avec un animal, un cheval, un chien ou tout autre animal, puisse aider le développement relationnel et cognitif de votre enfant.

Rupert Isaacson, qui a une très grande expérience des chevaux, comprend que la jument d'un champ voisin à la petite forêt qui borde leur propriété, s'incline devant son fils autiste qui s'approche d'elle, lui qui est encore très enfermé en lui-même. Voyant que son fils apprécie énormément de monter à cheval devant son père sur cettte jument, et que ces capacités verbales semblent se libérer lorsqu'il est monté ainsi, cela va conduire ce père à un projet fou dans lequel il va réussir à embarquer du monde autour de son fils Rowan. 

Lisez ce livre qui souligne, je trouve, que la personne autiste ne peut être définie par ce dont elle manque, le défaut de quelques connections neuronales mais son développement atypique entraine des capacités inconnues et insoupçonnées de communication avec l'animal.

A ce point de vue, la carrière professionelle de Temple Grandin, ne peut s'expliquer sans la prise en compte de l'empathie très forte qu'elle expérimente avec les bovins en particulier. Ce n'est donc pas un hasard si Rupert Isaacson cherchant un soutien reconnu à son grand projet de voyage pour son fils, s'est adressé à elle, à Temple Grandin et il a obtenu de grands encouragements en provenance de cette spécialiste du monde animal que nous connaissons bien et qui a encouragé ce site aussi.

J'ai dans le cadre de mon travail en foyer, eut des échos d'une expérience extraordinaire. Une jeune femme qui a des troubles d'équilibre et a développé une marche affectée qui semble aller d'un déséquilibre à un autre, se promenait dans le parc public qui borde le foyer avec un collègue qui avait emmené son chien et quelques résidents pour une petite ballade. Ce collègue nous a relaté qu'en compagnie du chien qui marchait devant elle, cette jeune femme avait une démarche méconnaissable, totalement débarrassée de ses déséquilibres. C'est à ne pas y croire. Mais c'est encore un encouragement à vérifier si la proximité d'un animal ne peut aider la croissance d'un enfant, d'un jeune ou d'un adulte avec des troubles du développement.

Ajouter un commentaire